Atrium Patrimoine https://www.atrium-patrimoine.com Patrimoine & Restauration Sat, 25 Jan 2020 05:01:25 +0000 fr-FR hourly 1 https://wordpress.org/?v=5.3.2 http://www.atrium-patrimoine.com/wp-content/uploads/2019/06/logo-Atrium.jpg Atrium Patrimoine https://www.atrium-patrimoine.com 32 32 La cathédrale de Clermont-Ferrand examinée sous toutes les coutures https://www.atrium-patrimoine.com/la-cathedrale-de-clermont-ferrand-examinee-sous-toutes-les-coutures/110773 Wed, 22 Jan 2020 05:50:54 +0000 https://batijournal.com/?p=103630 Une importante opération de restauration de la cathédrale de Clermont-Ferrand est programmée par la DRAC Auvergne-Rhône-Alpes à partir de 2021, pour trois ans. Les travaux concerneront la restauration des couvertures et des terrasses des bas-côtés pour un montant estimé à 8 millions d’euros. Une étude en plusieurs volets, qui a été confiée en août 2017, à l’architecte en chef des monuments historiques a permis de constituer un bilan de connaissances sur l’état du monument. Le volet documentaire est constitué d’un relevé géométral complet de la cathédrale (ensemble de plans, coupes et élévations au 1/100e et 1/250e tiré d’après un scan et une orthophotographie) ; d’un relevé photographique de l’ensemble des espaces ; d’une nomenclature de l’ensemble des espaces de la cathédrale ; d’une base de données documentaire recensant l’ensemble des fonds archivistiques connus sur l’édifice ; d’une base de données iconographique ; d’un fonds d’archives numérisé ; d’une synthèse bibliographique et d’une synthèse historique. L’édifice a aussi fait l’objet d’un bilan sanitaire via un reportage photographique renseignant l’état actuel de l’édifice et de ses pathologies ; un tableau synthétique précisant l’état de chaque type d’ouvrage, bâti ou mobilier, espace par espace ; des planches graphiques de synthèse, niveau par niveau.

Visuel : Raphaël Drizard, architecte DPLG – 2A8 SARL d’architecture/DRAC Auvergne-Rhône-Alpes/CRMH

]]>
Mise au jour du premier site antique de Bastia https://www.atrium-patrimoine.com/mise-au-jour-du-premier-site-antique-de-bastia/110764 Wed, 22 Jan 2020 05:36:51 +0000 https://batijournal.com/?p=103628 Préalablement à la construction d’un habitat résidentiel, la prescription d’une fouille archéologique par la Drac de Corse a permis de mettre au jour un ensemble de vestiges antiques remarquables dans la commune de Bastia.

Révélé par un agent du Service régional de l’archéologie, le site occupe les premières terrasses qui dominent la plaine littorale bastiaise. La fouille en cours d’achèvement a révélé deux habitations caractérisées, l’une et l’autre, par la présence d’un imposant foyer bâti qui confirme leur vocation domestique. L’un d’eux, par son plan carré et sa position quasi centrale dans la pièce, pourrait constituer un lointain ancêtre du fucone, le foyer traditionnel corse. Alors que l’une des deux maisons est d’aspect modeste, la seconde se distingue par le soin apporté à sa construction et l’originalité de son plan architectural. Cette habitation, dans un état de conservation remarquable, se définit par une grande pièce presque carrée autour de laquelle se répartissent des annexes, dont une pièce en enfilade de type galerie. Au-devant de cet ensemble, une cour enclose se développe sur trois paliers qui constituent un accès, au caractère ostentatoire, à la pièce carrée. Un ensemble d’éléments qui laisse présumer la présence en ce lieu d’une famille de la classe dirigeante.

Ce site livre un rare exemple d’unités domestiques pour la fin de l’Antiquité en Corse (IVe -VIe siècle de notre ère), époque pour laquelle les édifices religieux sont mieux documentés. Une telle organisation semble annoncer un phénomène mieux caractérisé pour la période médiévale : l’émergence de structures d’habitat centrées sur la pièce à vivre ; unités familiales circonscrites dont le regroupement est à l’origine du processus de formation villageoise. Par l’originalité de son plan, l’une des deux maisons fouillées pourrait se rapprocher de certains exemples de maisons-tours connus pour la fin de l’Antiquité en Méditerranée orientale et en Afrique du Nord. De telles demeures de notables ont-elles été édifiées en Corse, à une époque d’intenses relations avec l’Afrique ? Les textes attestent notamment, dans la seconde moitié du Ve siècle, l’exil sur le territoire insulaire d’évêques africains bannis par les rois Vandales. La fin de la fouille et l’étude prochaine des données de terrain alors collectées devraient permettre de préciser ces hypothèses.

Source : Inrap
Contrôle scientifique : Service régional de l’archéologie (Drac de Corse)
Recherche archéologique : Inrap ​
Responsable scientifique : Samuel Longepierre, Inrap
Photo : Roland Haurillon, Inrap

]]>
Pays de Rohan, Saint-Nazaire et Béziers reçoivent le label « Villes et Pays d’art et d’histoire » https://www.atrium-patrimoine.com/pays-de-rohan-saint-nazaire-et-beziers-recoivent-le-label-villes-et-pays-dart-et-dhistoire/110767 Wed, 22 Jan 2020 05:29:00 +0000 https://batijournal.com/?p=103626 Franck Riester, ministre de la Culture, sur proposition du Conseil national des Villes et Pays d’art et d’histoire, a attribué le label “ Villes et Pays d’art et d’histoire ” à trois nouveaux territoires et d’étendu le label de deux territoires déjà labellisés.

Le label Pays d’art et d’histoire est attribué au « Pays des Rohan », territoire assis sur un périmètre historique correspondant à l’ancienne terre de pouvoir de la famille de Rohan pendant 700 ans d’histoire. Le Conseil national salue le long processus de fédération entre les communes autour du projet de label, dans lequel il voit la garantie d’un projet durable, de même qu’il reconnaît la richesse du projet culturel, construit à partir d’une diversité patrimoniale et de la prise en compte de l’art contemporain. L’attention portée à l’architecture du XXe siècle viendra renforcer la cohérence de ce projet tourné vers l’avenir.

La candidature de Béziers au label Ville d’art et d’histoire est l’aboutissement d’un long travail de mise en valeur de son patrimoine – ses nombreux hôtels particuliers notamment -, de ses musées et de ses espaces publics, valorisés par des installations d’art contemporain. Le Conseil national salue la pertinence de cette requalification du patrimoine et de l’espace public, ainsi que la volonté d’inscrire la ville dans la contemporanéité via la création artistique et architecturale. Avec l’obtention du label Ville d’art et d’histoire, Il voit des atouts certains pour la renaissance de la ville.

Ville de la Reconstruction, à l’important patrimoine industriel, Saint-Nazaire peut aujourd’hui, grâce à l’obtention du label Ville d’art et d’histoire, exprimer plus fortement le plaisir et la fierté retrouvée de ces habitants d’être Nazairiens. Elle porte une attention particulière au lien entre patrimoine et création, en développant l’art dans l’espace public. Le Conseil national salue l’ambition et la qualité de la politique culturelle de la ville, formalisée par plusieurs conventionnements avec la direction régionale des Affaires culturelles (DRAC). Il reconnaît en outre dans le patrimoine de la ville des éléments d’intérêt national.

Une première convention Ville d’art et d’histoire avait été signée par la ville d’Auxerre en 1995. L’extension du territoire labellisé à la Communauté d’agglomération (CA) de l’Auxerrois, – désormais Pays d’art et d’histoire – permettra de faire rayonner le label sur un territoire de 29 communes. Le Conseil national souligne le rôle déterminant qui sera celui de la CA dans l’accompagnement des communes, afin que puissent se développer la connaissance et les politiques de préservation des patrimoines et du paysage. La dimension de la création artistique mérite également d’être présente dans le projet.

En proposant d’étendre la Ville d’art et d’histoire de Langres, labellisée en 1985, et renouvelée en 2016, au Pôle d’équilibre territorial rural (PETR) du Pays de Langres, les élus ont répondu aux préconisations qui avaient été formulées par le Conseil national en 2016. Le label Pays d’art et d’histoire rayonnera désormais sur un territoire composé de trois communautés de communes (CC), soit 168 communes. Le Conseil national salue l’ambition de cette extension au regard de son étendue, et souligne l’importance du lien à établir entre le PETR et les 3 CC dans le cadre de la mise en œuvre des outils de gestion et de planification garants de la qualité du territoire.

Photo : pont de Saint-Nazaire – Wikimédia commons – Pouick44

]]>
Repose et restauration d’un monument sculpté à la Cathédrale Notre-Dame d’Amiens https://www.atrium-patrimoine.com/repose-et-restauration-dun-monument-sculpte-a-la-cathedrale-notre-dame-damiens/110770 Wed, 22 Jan 2020 05:19:04 +0000 https://batijournal.com/?p=103624 En grand péril, un groupe sculpté de la Cathédrale Notre-Dame d’Amiens, œuvre du sculpteur Nicolas BLASSET, menaçait de se désolidariser du pilier auquel il est fixé. D’abord sanglé, le monument a été étudié de manière approfondie afin de comprendre les causes de sa fragilisation et de définir les moyens à mettre en œuvre afin de le conforter de manière pérenne. Au début d’année 2019, il a été très précautionneusement démonté et déposé de manière à pouvoir accéder aux éléments qui le relient au pilier. Les travaux ont consisté à une reprise de la structure porteuse, pour assurer la stabilité et la pérennité de l’œuvre, ainsi qu’une restauration pour révéler la qualité exceptionnelle du monument : nettoyage, mise en valeur des vestiges de la polychromie ancienne, restitution d’éléments disparus mais connus par la documentation (par ex., crosse de saint Claude), amélioration de la lisibilité des inscriptions. D’une durée de deux mois, les travaux financés par l’État propriétaire de l’édifice se sont élevés à 41 500 euros. L’opération a été réalisée avec le soutien du Conseil départemental de la Somme (Conservation des Antiquités et Objets d’art). L’entreprise Arthema est intervenue sur la restauration du monument associée et l’entreprise Charpentier PM, d’Abbeville sur la maçonnerie et la taille de pierre.

Source : Drac des Hauts de France
Photo : Claude Pierre

]]>
Les monuments nationaux frôlent le million de visites en 2019 https://www.atrium-patrimoine.com/les-monuments-nationaux-frolent-le-million-de-visites-en-2019/110755 Wed, 15 Jan 2020 08:01:23 +0000 https://batijournal.com/?p=103602 Le Centre des monuments nationaux (CMN) a accueilli 9 971 000 visites dans la centaine de monuments de son réseau au cours de l’année 2019 et s’approche ainsi de très près du précédent record de 2018, lorsque le CMN a franchi, pour la première fois, la barre symbolique des 10 millions de visites. Il conserve sa place de premier opérateur patrimonial français en termes de fréquentation, alors même que l’établissement a dû faire face à la fermeture des Tours de la Cathédrale de Notre-Dame depuis le 15 avril, aux nombreux jours de fermeture de l’Arc de triomphe lors des manifestations, à la fermeture de la Tour Saint- Nicolas à la Rochelle pour des travaux de consolidation, aux conditions climatiques défavorables liées à la canicule notamment au château et remparts de la cité de Carcassonne et aux inondations dans le sud de la France, et dans une certaine mesure à la grève des transports en Ile-de-France en décembre. De nombreux monuments du réseau connaissent toutefois une hausse de fréquentation tels que le château d’Angers, l’abbaye du Mont-Saint-Michel, la Sainte-Chapelle ou encore le Panthéon.

L’Arc de triomphe reste le monument le plus fréquenté du réseau avec 1 606 711 visites. L’abbaye du Mont-Saint-Michel continue d’accueillir un grand nombre de visiteurs avec 1 479 293 visites et voit ainsi sa fréquentation augmenter de 6,12%. Enfin, la Sainte-Chapelle, qui avait déjà dépassé 1,1 million d’entrées dès fin septembre, termine l’année 2019 avec 1 375 609 visites et enregistre cette année encore la hausse de fréquentation la plus importante parmi les monuments parisiens avec une progression de 8,72% par rapport à l’année précédente. Le Panthéon continue par ailleurs d’accroître sa fréquentation avec 875 671 visites en 2019 (+1,94%). Le château d’Angers, qui abrite la célèbre Tenture de l’Apocalypse, présente une augmentation de fréquentation de 12,87% avec 247 741 visiteurs en 2019

Un intérêt constant pour le patrimoine

Le château de Talcy a doublé sa fréquentation avec 28 570 visites (+115,31%) grâce à l’opération de gratuité « Une journée au château 2019 » initié par le département du Loir- et-Cher, et montre ainsi l’attachement des habitants au patrimoine de leur territoire. Exceptionnellement ouverte au public à l’occasion des Journées européennes du patrimoine, la Cour des offices du château de Villers-Cotterêts, actuellement en restauration, a accueilli 2 887 visiteurs tout au long d’un week-end d’animations.
Les spectacles nocturnes estivaux ont rencontré un vif succès, puisque le deuxième volet « Les Chroniques du Mont » à l’abbaye du Mont-Saint-Michel a attiré près de 50 000 spectateurs et les alignements de Carnac, qui ont proposé cet été la 5ème édition du spectacle nocturne familial Skedanoz, ont reçu 44 694 visites (+13,33%).
Le château d’Oiron, invitation à explorer le patrimoine d’hier et d’aujourd’hui avec sa collection d’art contemporain « Curios & Mirabilia », a totalisé cette année 23 599 visites (+21,29%).

]]>
Les lauréats de la neuvième édition du prix Patrimoines pour tous https://www.atrium-patrimoine.com/les-laureats-de-la-neuvieme-edition-du-prix-patrimoines-pour-tous/110745 Wed, 15 Jan 2020 07:54:37 +0000 https://batijournal.com/?p=103600 Le prix Patrimoines pour tous distingue une démarche remarquable en matière d’accessibilité généralisée pour les personnes en situation de handicap moteur, visuel, auditif ou mental. La neuvième édition de ce rendez-vous annuel a donné lieu au palmarès suivant :

Premier prix ex aequo : le musée de Pont-Aven et le musée de l’Aurignacien

Le musée de Pont-Aven et le musée de l’Aurignacien présentent l’un et l’autre la caractéristique d’avoir connu des périodes de travaux et de rénovation importantes leur ayant permis d’optimiser de manière remarquable et substantielle leur politique d’accessibilité généralisée.

Le musée de l’Aurignacien a rouvert ses portes en 2014 après dix ans de travaux et dispose aujourd’hui d’un bâtiment neuf adapté à son environnement. Son approche intégrée de l’accessibilité généralisée lui a permis d’obtenir la marque « Tourisme et Handicap » en 2018 pour les quatre types de handicap (auditif, visuel, mental et moteur). Cette distinction particulièrement recherchée est évidemment la garantie d’une politique volontariste et aboutie. Il a su développer des guides et outils de visite adaptés facilement accessibles à toutes et tous sans exclusive. Il s’illustre en outre par une collaboration étroite et régulière avec le réseau des associations du handicap et les acteurs institutionnels de proximité. Son action témoigne une fois encore du dynamisme de nos musées en zone rurale.

Le musée de Pont-Aven a rouvert ses portes en 2016 après une refonte complète de ses infrastructures et de ses équipements. Il se fait fort depuis d’assurer l’autonomie de la visite via des supports de médiation et de communication interactifs et résolument modernes, sans obérer l’importance et la pertinence des visites de groupes et « sur mesure ». Il a fait le choix déterminant de se doter d’un comité de pilotage et consultatif associant les acteurs du handicap avant, pendant et après les travaux de rénovation. Il nous faut aussi saluer l’intérêt de ses actions hors les murs. Ce musée, qui a obtenu la marque « Tourisme et Handicap » en 2018 pour les personnes en situation de handicap visuel et mental, poursuit ses efforts pour répondre totalement aux exigences de l’accessibilité généralisée.

Deuxième prix : les Archives municipales de Saint-Brieuc

Les Archives de Saint-Brieuc ont pris l’engagement de résoudre leurs difficultés d’accès au cadre bâti en programmant d’importants travaux structurels inscrits dans la stratégie globale d’accessibilité généralisée de la municipalité. Les Archives proposent une démarche originale et séduisante autour des enjeux des droits culturels et de la citoyenneté. Ainsi, dès 2008, une charte d’accessibilité collaborative fut élaborée avec douze associations du handicap. Cette charte trouve aujourd’hui son prolongement dans un rendez-vous annuel intitulé « Printemps du patrimoine » et proposant de nombreuses actions dans les murs et hors les murs en partenariat avec la société civile et les acteurs sociaux.

Photo : musée de l’Aurignacien – Daniel Moulinet—Basalt Architecture

]]>
Vols et disparitions d’objets mobiliers protégés au titre des monuments historiques https://www.atrium-patrimoine.com/vols-et-disparitions-dobjets-mobiliers-proteges-au-titre-des-monuments-historiques/110748 Wed, 15 Jan 2020 07:35:48 +0000 https://batijournal.com/?p=103598 Sur la dernière décennie, la baisse du nombre de faits de vols est notable pour les églises. De plus de 600 faits de vols dans les années 2000, ce chiffre oscille désormais chaque année entre 80 et 150 faits de vols sur tout le territoire. Peu d’entre eux concernent des objets mobiliers classés ou inscrits au titre des monuments historiques mais la plupart des biens pillés sont propriété publique des communes. Ces objets mobiliers relevant de la domanialité publique sont des trésors nationaux, inaliénables et imprescriptibles au sens de la législation française. Pour chaque commune, c’est une perte irrémédiable et un appauvrissement du patrimoine culturel de la Nation.

Les faits de vols d’objets protégés au titre des monuments historiques sont passés de 19 faits en 2017 à 5 en 2018.
2017 : 19 faits correspondant au vol de 23 objets mobiliers (12 classés et 11 inscrits)
2018 : 5 faits correspondant au vol de 9 objets mobiliers (6 classés et 3 inscrits)

Les vols signalés ont été commis en majorité dans les lieux de culte. Les objets volés relèvent principalement de l’orfèvrerie (exemples de vols plus anciens : ciboire, ostensoir, calice et patène, encensoir) ou des objets liés aux processions, à l’éclairage ou au culte (bâton de procession, chandeliers d’autel, clochette à main).

Courbe : évolution des vols et restitutions entre 2010 et 1018
Source : Ministère de la Culture/DGP/SP/SDMHEP/BCPMI

]]>
« Nice, capitale du tourisme de riviera » candidate au patrimoine mondial de l’UNESCO https://www.atrium-patrimoine.com/nice-capitale-du-tourisme-de-riviera-candidate-au-patrimoine-mondial-de-lunesco/110751 Wed, 15 Jan 2020 07:29:37 +0000 https://batijournal.com/?p=103596 C’est à Nice qu’est apparu, à la fin du XVIIIe siècle, un nouveau type d’urbanisme destiné à la villégiature d’hiver, puis, dans un second temps, au tourisme d’été. Sur un site exceptionnel, entre mer et montagne, s’est constituée, à partir d’un noyau urbain préexistant, une ville nouvelle et cosmopolite dont le développement a été, entre 1760 et 1960, déterminé par la fonction de villégiature. À partir de la deuxième moitié du XIXe siècle, le succès international de Nice a inspiré l’aménagement d’établissements similaires le long des côtes présentant des caractéristiques de relief et de climat comparables. Nice, en raison de son échelle urbaine et de la diversité des strates de patrimoine qu’elle comporte, constitue le modèle de référence de ville de riviera. Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des affaires étrangères, et Franck Riester, ministre de la Culture, ont annoncé la candidature de « Nice, capitale du tourisme de riviera » à l’inscription sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Elle sera examinée par le Comité du Patrimoine mondial de l’UNESCO lors de sa session de juillet 2021.

]]>
12 lauréats pour « Réinventer le patrimoine » https://www.atrium-patrimoine.com/12-laureats-pour-reinventer-le-patrimoine/110740 Wed, 08 Jan 2020 06:36:45 +0000 https://batijournal.com/?p=103577 La Villa Maria Serena fait peau neuve https://www.atrium-patrimoine.com/la-villa-maria-serena-fait-peau-neuve/110717 Fri, 20 Dec 2019 10:59:55 +0000 https://batijournal.com/?p=103556