Accueil » Actualités » La filière bois au chevet de Notre-Dame de Paris
La filière bois au chevet de Notre-Dame de Paris

La filière bois au chevet de Notre-Dame de Paris

«Les scieurs français de chêne et les exploitants forestiers apporteront leur soutien pour réserver les 1 300 chênes de qualité charpente, c’est-à-dire des chênes âgés de 200 ans avec une circonférence de 2 à 2,5 m environ, nécessaires à la reconstruction de Notre-Dame. Cela représente environ 3 000 m3 que les professionnels sont prêts à mobiliser pour ce chantier. », annonce la Fédération Nationale du Bois dans le communiqué publié le 16 avril, le lendemain du terrible incendie qui a ravagé la cathédrale en détruisant complètement sa charpente.

Selon Frédéric Létoffé, co-président du Groupement des entreprises de restauration des monuments historiques (GMH), la restauration prendra entre 10 et 15 ans, mais ne posera pas de problème. «La France a le savoir-faire et les plans complets de la cathédrale , a-t-il assuré. (…) La reconstruction coûtera plusieurs centaines de millions d'euros et son montant précis dépendra des options de reconstruction prises. »

Quelle charpente pour la cathédrale ?

Parmi les questions qui se posent, celle de la reconstruction de la charpente à l'identique est encore en suspens. « Ce débat-là, on l'aura le moment venu, a affirmé le mercredi 17 avril Franck Riester, ministre de la Culture. Il y aura vraisemblablement une commission spécialement dédiée à ces échanges. Nous avons tous les éléments pour le faire, mais les choix seront faits par les spécialistes, dont l'architecte en chef des monuments historiques et l'architecte des Bâtiments de France ».

Pour l'interprofession nationale France Bois Forêt, le bois est "incontournable" pour la reconstruction de la cathédrale : «Au regard de la place que tient la cathédrale Notre-Dame de Paris dans le cœur des Français et l’histoire de France, seuls les matériaux les plus nobles, dont le bois, peuvent redonner à cet édifice son sens et sa grandeur», annonce-t-elle dans le communiqué publié suite à la réunion organisée le 18 avril pendant laquelle a été créé un groupe de coordination nationale « France Bois Notre-Dame de Paris » qui pilotera les actions de la filière dans ce domaine.

« Les forêts françaises, premier réservoir de chêne au monde avec 4 millions d’hectares et une récolte de 2 millions de m3par an, fourniront sans aucune difficulté les 1.000 à 2.000 m3nécessaires pour la reconstruction de Notre-Dame de Paris, affirme FBF.Les propriétaires privés et publics feront don des volumes de bois nécessaires d’une part, qui seront façonnés gracieusement par les entreprises de la filière d’autre part. »

Photo : Anna Ader