Accueil » Actualités » Le Béton Fibré Ultra-Performant au secours des phares bretons
Phare breton
Photo : EPFL

Le Béton Fibré Ultra-Performant au secours des phares bretons

Ils sont surnommés l’enfer, le purgatoire ou le paradis suivant qu’ils soient construits en pleine mer, accrochés à un îlet ou bâtis sur la terre ferme. Certains phares bretons célèbres, comme celui de la Jument ou d’Ar-Men, sont situés à l’entrée de courants violents et essuient tempêtes et déferlantes depuis plus d’un siècle. Les attaques répétées des vagues sur leur soubassement et leur tour les fragilisent et même si, au fil des ans, des travaux de renforcement ont été effectués, ils se détériorent inexorablement sous les assauts incessants de la mer. Jusqu’ici des “pansements“ de béton armé étaient appliqués au pied de ces ouvrages mais ils finissent toujours par se détériorer. Le Centre d’Etude des Travaux Maritimes et Fluviaux (CETMEF) de Brest, qui supervise la gestion de ces ouvrages maritimes, a retenu la proposition des ingénieurs de l’EPFL (Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne) de développer l’application des bétons ultra-performants coulés en place, dans le cadre d’un partenariat avec Lafarge, pour venir en aide à ces honorables sentinelles.

Le Béton Fibré Ultra-Performant (BFUP) est un mélange de matériaux cimentaires – identiques à ce qui se trouve dans beaucoup de bétons modernes – et de fibres d’acier. C’est le choix savant des dosages et des dimensions des particules qui lui confère une compacité exceptionnelle et le rend imperméable. Ses fibres lui donnent une capacité de déformation comparable à celle de l’acier sans en avoir ni le poids ni la sensibilité à la corrosion. Ses propriétés d’imperméabilité sont telles que même déployé en fine couche, l’eau et les sels n’arrivent pas à l’attaquer. S’il a la même masse volumique que le béton, une mince épaisseur de quelques cm suffit à assurer la protection de l’ouvrage: «Avec un béton traditionnel on compte 6 à 7 cm d’épaisseur pour protéger une armature métallique, en BFUP 15 mm sont suffisants et la durabilité obtenue est nettement plus élevée,» explique Emmanuel Denarié en charge du projet.

Le MCS est aujourd’hui l’un des laboratoires les plus avancés au monde dans la connaissance du BFUP et son application pour l’amélioration des ouvrages existants, il a mis son savoir-faire au service de nombreux ponts en Suisse et à l’étranger. Il développe également de nouvelles techniques en utilisant des matériaux toujours plus écologiques et régionaux : «dans la matrice traditionnelle d’un BFUP on utilise beaucoup de ciment. Nos recherches ont prouvé que seul 40 % de celui-ci est nécessaire pour obtenir des bétons à haute performance aptes au renforcement des ouvrages. Nous avons donc développé des matrices de BFUP plus écologiques en remplaçant le ciment massivement notamment par de la poudre de calcaire».

Laisser un commentaire