Accueil » Actualités » Preuves d’existence de l’Uzès antique

Preuves d’existence de l’Uzès antique

La ville romaine d’Ucetia est documentée pour la première fois. Des archéologues de l’Inrap viennent d’exhumer d’importantes mosaïques appartenant à deux édifices antiques d’Uzès sur chantier de 4 000 m². De nombreux vestiges datés de l’époque républicaine (Ier siècle avant notre ère) à la fin de l’Antiquité (VIIe siècle), et plus rarement du Moyen-Âge ont été mis à jour. Un vaste bâtiment de 250 m² dont la colonnade évoque un édifice public a été mis à jour. Il est composé de quatre pièces en enfilade, dont deux ont des sols bétonnés et des murs décorés d’enduits peints. À une extrémité de l’édifice se trouve une pièce avec un sol de mortier incrusté de tesselles en croisettes. Elle donne accès à une salle spacieuse dont le sol est décoré d’un pavement mosaïqué complexe. Deux vastes mosaïques sont ornées de motifs géométriques (postes – motif ornemental formé d’enroulements se reliant de façon continue –, méandres, svastikas) qui encadrent deux médaillons centraux formés de couronnes, de rayons et de chevrons. Un des médaillons est entouré de quatre animaux polychromes : hibou, canard, aigle et faon. Le début de notre ère a livré d’autres édifices, dont un vaste établissement de plus de 500 m², peut-être une domus. L’agglomération romaine n’est simplement attestée que par le toponyme Ucetia porté sur une inscription géographique de Nîmes, et quelques rares découvertes de fragments de mosaïques signalées anciennement dans la ville.

Photo : représentation d’une chouette dans l’angle du décor central du pavement mosaïqué du Ier siècle avant notre ère, Uzès 2017. Denis Gliksman, Inrap