Accueil » Actualités » Restaurer suite à de lourds désordres structurels liés à l’érosion et aux aléas climatiques

Restaurer suite à de lourds désordres structurels liés à l’érosion et aux aléas climatiques

Le cas de la restauration du pont Gustave-Eiffel en Gironde (33).

Le pont Gustave-Eiffel (553 mètres divisés en huit travées), qui enjambe la Dordogne et relie Cubzac-les-Ponts à Saint-Vincent-de- Paul, était fermé depuis 2015. Cet ouvrage construit en 1895 et classé aux monuments historiques depuis 2010 vient de subir d’importants travaux de restauration. Soumises aux vents et autres phénomènes de vortex (mouvements tourbillonnaires fréquents sous les ponts), battues par les pluies acides, confrontées aux émanations de gaz carbonique et au trafic de plus en plus dense, les piles du pont démontraient de trop nombreux désordres structurels. La pierre est donc affaiblie. Pour traiter ces dommages, les multiples fissures doivent être dégarnies, une à une, du bas vers le haut. Les travaux ont donc consisté à reprendre les piles, à réaliser des injections de coulis à la chaux hydraulique, à restaurer et réparer les arches en pierre et à uniformiser l’ensemble avec un badigeon de chaux.

LES ÉTAPES DE LA RESTAURATION

1 – Le coulinage pour renforcer la structure des piles du pont

Des coulinages ont été réalisés dans les vides de maçonneries pour renforcer celles-ci. Pour ce faire, 50 tonnes de Chaux TRADI 100® – NHL 5 (chaux hydraulique naturelle) ont été injectées gravitairement, afin de garnir les maçonneries évidées et d’éviter les fissures. Remplissant ainsi les vides à l’intérieur des maçonneries, le coulinage permet d’augmenter la résistance et la durabilité de l’ouvrage.

2 – Réparation des pierres et badigeonnage

Afin de retrouver chacune des belles arêtes vives qui dessinent l’ouvrage, toutes les pierres abîmées ont été traitées et remodelées avec le mortier de réparation de pierre Saint-Astier. Les pierres n’ayant ni la même densité, ni une couleur rigoureusement identique, un badigeon de chaux coloré (Badilith® – teinte n° 64) a été spécialement sélectionné par Saint-Astier pour unifier ensuite la teinte de l’ensemble du parement. Ce revêtement minéral joue également un rôle défensif car il vient aider la pierre à refaire son calcin, sa pellicule protectrice.

Pour en savoir plus : leur site internet juste ici
Publirédactionnel disponible dans le numéro 80 d’Atrium 

Maître d’ouvrage : Département de la Gironde
Maître d’oeuvre : Levillain, architecte, Bordeaux (33)
Entreprise : Les Compagnons de Saint- Jacques, agence de Floirac (33)
Budget : 26,8 M€
Surface chantier : 11 500 m²
Réception du chantier : fin juillet 2017

© CESA, chaux et enduits Saint-astier