Accueil » Actualités » Une seconde vie pour les maisons éclusières bretonnes inoccupées

Une seconde vie pour les maisons éclusières bretonnes inoccupées

156 maisons éclusières bordent les voies navigables bretonnes, près de la moitié d’entre elles étaient ou sont encore inoccupées. Pour préserver et mettre en avant ce patrimoine, la Région a eu une idée originale : proposer à des particuliers, associations, entreprises ou collectivités de faire revivre ces maisons en leur confiant la clé des lieux, sous réserve qu’ils y développent une activité en lien avec le tourisme et les canaux. En 2015 un deuxième appel à projets visant à offrir une deuxième vie à ces maisons éclusières a donc été lancé. Cette initiative, au-delà de l’aspect conservation-valorisation du patrimoine et des voies d’eau dans leur ensemble, contribue également au développement local des territoires traversés.

À l’issue d’un 1er appel à projets de 2014, 15 maisons éclusières ou de barragistes avaient été réinvesties pour devenir gîte d’étape pour randonneurs, lieu d’accueil avec logements insolites flottants ou encore centre d’animation autour de la pêche. À l’été 2015, la Région a renouvelé cette opération en l’ouvrant à 22 autres sites répartis entre Dinan et Hennebont et elle a fixé une exigence supplémentaire : les projets devaient présenter une forte composante “navigation”. On connaît bien les canaux depuis le halage mais l’idée était d’inciter les usagers à les découvrir davantage, depuis et par l’eau, afin de renforcer leur identité fluviale.

Poulhibet 1

Pour cette 2e édition, 9 lauréats et 8 maisons éclusières supplémentaires renaissent
Hébergements flottants, locations d’embarcations, balades sur l’eau… : parmi les 40 candidatures reçues, entre juin et décembre 2015, la Région en a d’ores et déjà retenues 9. En contrepartie d’un projet de valorisation viable, la Région met les lieux à disposition des porteurs de projets, sous le régime d’une COT (Convention d’Occupation Temporaire). Établie pour une durée de 5 à 10 ans renouvelables, la COT inclut une redevance annuelle, incitative et adaptée. Sur les 8 maisons ayant trouvé preneurs, 6 de ces conventions ont déjà été signées. Pour chaque site, la Région garantit la qualité de la toiture et des huisseries (le “clos et le couvert”) ainsi qu’un assainissement aux normes pour lesquels elle réalise les travaux nécessaires, si besoin. Les porteurs gardent, pour leur part, à leur charge, l’ensemble des aménagements intérieurs et extérieurs des maisons qui, inhabitées depuis peu, sont globalement en bon état.

Page de l’appel à manifestation d’intérêt