Accueil » Actualités » Vers un diagnostic habitat-mobilité pour les personnes de plus de 75 ans restant chez elles
Siège douche

Vers un diagnostic habitat-mobilité pour les personnes de plus de 75 ans restant chez elles

Trois rapports sur l’adaptation de la société au vieillissement et sur la prévention de la dépendance ont été remis au premier Ministre Jean-Marc Ayrault. Le conseiller général de Goussainville, Luc Broussy a été missionné par le gouvernement pour enquêter sur l’adaptation de la société au vieillissement démographique. Pour lui, l’aménagement de logements pour les seniors restant chez eux après 75 ans devrait faire l’objet d’un diagnostic habitat-mobilité assuré par des ergothérapeutes. Il s’agirait de décider si le logement est adaptable ou s’il faut en changer.

L’adaptation des logements est un facteur important de prévention qui permet d’éviter les chutes, les négligences et l’isolement, mais également la précarité énergétique. 75% des plus de 65 ans étant propriétaires, ce sont eux à qui il faut donner les éléments pour savoir quels travaux engager, quel budget mobiliser et également quelle décision prendre quant au maintien dans les lieux. Quant aux locataires, il faut leur donner la possibilité de réaliser des travaux dans leur logement, en respectant les droits du bailleur. Il s’agit avant tout de mieux informer les âgés, et de les sensibiliser sur la nécessité d’anticiper l’adaptation et l’aménagement de leur logement, avec la mise en place d’un diagnostic habitat/mobilité entre 70 et 75 ans par un ergothérapeute.

Il s’agit aussi de faciliter l’exécution de ces travaux d’adaptation et d’aménagement :

  • Permettre aux personnes âgées de bénéficier d’un diagnostic habitat/mobilité de leur logement.
  • Assouplir les règles de copropriété et les relations locataires/propriétaires pour l’adaptation de l’habitat
  • Elargir aux descendants le crédit d’impôt de 25% pour adaptation
  • Renforcer les financements de l’Agence Nationale de l’Amélioration de l’Habitat (ANAH) et lui confier la mission d’aider à l’adaptation des logements
  • Instaurer un label valorisant la qualité des artisans pour les travaux d’adaptation à domicile chez les personnes âgées
  • Mobiliser les bailleurs sociaux sur les seniors : inclure cette question dans les Conventions d’Utilité Sociale (CUS), former les gardiens d’immeuble, permettre un surloyer en échange de services de la vie courante, inciter aux échanges d’appartement avec baisse du loyer.

Laisser un commentaire