Accueil » Accueil

Accueil

Construction d’un bassin monumental dans la perspective du château de Saint-Germain-en-Laye En 1845, le grand parterre du domaine national de Saint-Germain-en-Laye avait été totalement détruit pour permettre l’arrivée des voies de chemin de fer. L’arrivée du RER et l’enterrement des voies dans les années 1970 a permis de le reconstituer. À cette occasion, l’un des trois bassins représentés sur les gravures du XVIIe siècle avait pu être édifié. Aujourd’hui, le creusement, de la liaison souterraine entre la gare RATP et l’arrivée du nouveau Tram 13 est l’occasion de réaliser le grand bassin, permettant ainsi de retrouver l’organisation de la perspective des Loges telle que Le Nôtre l’a imaginée, il y a plus de trois siècles. Ce projet, dont la maîtrise d’ouvrage est assurée par l’Opérateur du patrimoine et des projets immobiliers de la culture (OPPIC) pour le compte du ministère de la Culture, est réalisé par Régis Martin, architecte en chef des monuments historiques. Du fait de la complexité de cette opération, en raison de la très grande proximité des ouvrages de la RATP, la durée prévisionnelle des travaux est estimée à 12 mois. Le 13 janvier 2022, Roselyne Bachelot-Narquin, ministre de la Culture a posé la première pierre du grand bassin en présence des financeurs et acteurs du projet dont l’enveloppe financière prévisionnelle de l’opération est de 6,686 M€. Les contributeurs sont le ministère de la Culture, la région Île-de-France, le département des Yvelines, la ville de Saint-Germain-en-Laye et l’entreprise Suez mécène. Le Domaine national de Saint-Germain-en-Laye offre 40 hectares d’espaces préservés en lisière d’une immense forêt de 3500 hectares. Le parc labellisé « Jardin remarquable » est classé au titre des monuments historiques depuis 1964 et géré de manière écologique. Son parcours patrimonial amène le visiteur à découvrir une véritable histoire de l’art des jardins, depuis les allées dessinées par André Le Nôtre pour Louis XIV et ouvrant sur la perspective de la Grande terrasse, jusqu’aux essences rares du jardin anglais. Il accueille plus de deux millions de visiteurs chaque année. Photo : Ministère de la Culture – Thibaut Chapotot